Canons de la Beauté

Les Canons de la Beauté constituent le règlement intérieur d’Apollon et d’Hathor City. Redécouvrez-les ici avec mes commentaires. N’hésitez pas à réagir à votre tour !

 

 « Est considéré comme beau tout corps dont les proportions sont harmonieuses. » Les Canons de la Beauté, Article Premier.

La beauté est subjective, elle peut prendre plusieurs formes. Ce qui permet de la définir est une certaine harmonie dans les proportions. Il ne faut pas non plus négliger ce qui émane de la personne. Certaines beautés, lorsqu’elles ouvrent la bouche et parlent, deviennent moins attractives. À l’opposé, certaines personnes jugées juste mignonnes peuvent devenir splendides en s’exprimant.

.

 « Est considéré comme beau tout visage dont les éléments sont parfaitement symétriques et proportionnés. » Les Canons de la Beauté, Article Second.

Il s’agit d’une composante de l’harmonie générale. La taille et la forme du nez, l’espacement des yeux, le volume de la bouche, la forme du menton, la largeur du front, la position des oreilles : tous ces éléments combinés doivent donner le sentiment de la symétrie pour que les proportions prises dans leur ensemble soient jugées belles.

.

« Est considérée comme belle toute personne dont le maintien est irréprochable. » Les Canons de la Beauté, Article Troisième.

Le corps à l’état brut ne fait pas la beauté. S’y ajoute également une manière de se tenir. Que ce soit pour ce qui concerne le corps en mouvement, certaines démarches sont simplement ridicules et effacent tout sentiment de beauté, ou que ce soit en position assise : le maintien n’est pas à prendre dans le sens de « noblesse » mais simplement d’allure générale, donnant plus ou moins de charisme à une personne.

.

« Est considéré comme beau tout corps exempt d’imperfection non irrémédiable. » Les Canons de la Beauté, Article Quatrième.

Le corps s’adapte en permanence, aussi bien aux éléments extérieurs qu’à ce qui lui est donné comme nourriture ou comme boisson. Des imperfections temporaires peuvent apparaître, certaines ne rendant pas la personne moins belle mais lui conférant simplement un petit défaut pour un temps déterminé. D’autres imperfections peuvent être permanentes et ainsi exclure la personne des canons de la beauté, comme quelqu’un qui serait trop porté sur la boisson et aurait irrémédiablement le visage rougit.

.

« Est considéré comme beau tout corps dont la pilosité est agréablement répartie. » Les Canons de la Beauté, Article Cinquième.

La culture contemporaine a évacué la question de la pilosité pour les femmes en leur imposant de se raser pour effacer toute trace jugée disgracieuse. Pour les hommes la pilosité n’en est pas moins une obsession. Il est jugé inesthétique d’avoir de longs poils dans le dos, par exemple, certains allant jusqu’à utiliser le laser pour se plier au diktat de la beauté. Ainsi, une notion totalement subjective arrive à nous asservir et à nous imposer ses critères, contre les décisions prises par la nature. Nous n’osons plus assumer la manière dont la nature nous a fait.

.

 « Le poids idéal coïncide avec les exigences de la morphologie. » Les Canons de la Beauté, Article Sixième.

Il ne faut jamais se comparer aux autres ou à des normes pour fixer son poids idéal. Chaque morphologie est différente. Si la masse osseuse est importante, il sera à jamais impossible de rentrer dans les standards, qui d’ailleurs se basent sur on ne sait trop quels critères. Le poids idéal est celui qui permet à chacun de se sentir bien, à l’aise dans son corps, avec son corps.

.

« L’harmonie est atteinte lorsque le bien-être est complet. » Les Canons de la Beauté, Article Septième.

Pour paraître beau, il faut se sentir beau. Ainsi il est nécessaire que le physique soit en adéquation avec l’être tel qu’il se sent à l’intérieur de lui-même. Une personne qui se sent bien, quelles que soient sa morphologie et ses éventuelles imperfections, paraîtra belle simplement parce qu’elle assume pleinement son corps. La beauté n’est pas dans le regard des autres, mais dans la manière dont chacun se voit.

.

« Est considérée comme belle toute personne dont émane une beauté naturelle. » Les Canons de la Beauté, Article Huitième.

La beauté est quelque chose que l’on a, naturellement. Il n’est pas possible de la trouver par une quelconque intervention de la chirurgie, bien au contraire. (Ceci exclut la chirurgie réparatrice.) C’est la nature qui donne la beauté, pas le bistouri.

.

« Toute belle personne fréquente ses semblables. » Les Canons de la Beauté, Article Neuvième.

Il s’agit de la loi de l’attraction. Toute personne qui se sent belle attire à elle d’autres personnes qui se sentent belles. D’ailleurs il serait possible de considérer que cet article ne se rapporte pas seulement à la beauté extérieure, mais aussi à une dimension intérieure.

.

« La beauté doit être donnée en partage. » Les Canons de la Beauté, Article Dixième.

La beauté ne doit pas être cachée, elle n’est pas un fardeau. Une belle personne doit assumer ce que la nature lui a offert. C’est un plaisir pour les autres de voir une belle personne s’assumant pleinement. Seuls les êtres primitifs voudraient qu’une beauté soit cachée sous des vêtements amples voilant les formes.

.

« La beauté est une responsabilité. » Les Canons de la Beauté, Article Onzième.

La beauté est donnée par la nature, ce qui ne signifie pas que l’être n’a rien à faire. Une beauté initiale laissée à l’abandon finit par disparaître. Le corps est vivant, il se transforme, il répond à ce qu’on lui impose de l’extérieur comme à l’intérieur. Une belle personne a la responsabilité de rester belle, si elle le désire, par des efforts physiques et alimentaires.

 .

« La beauté est un atout. » Les Canons de la Beauté, Article Douzième.

Il est difficile de contredire le fait que les belles personnes sont généralement avantagées. La nature humaine est plus encline à faire confiance à une belle personne. Ce qui ne signifie pas que seules les personnes répondant aux canons de la beauté atteignent les sommets. Car il ne faut pas non plus tout miser sur la beauté reçue comme cadeau de la nature. La beauté est un simple atout, elle ne fait pas tout.

.

« La beauté est protéiforme. » Les Canons de la Beauté, Article Treizième.

Il n’existe pas une seule forme de beauté. Toutes les possibilités sont dans la nature. Et il est possible de trouver la beauté parmi toutes ces possibilités. Il est donc idiot de définir des critères stricts de ce que doit être la beauté. Il suffit de regarder et d’apprécier les réussites de la nature, sans aucun a priori, sans aucun critère.

.

« La beauté est géométrique, non mathématique. » Les Canons de la Beauté, Article Quatorzième.

La notion de proportions n’est pas aussi mathématique que l’homme de Vitruve dessiné par Léonard de Vinci voudrait nous le faire croire. La Renaissance a défini des mesures auxquelles le corps doit répondre pour être considéré comme esthétique. Mais l’homme de Vitruve entre dans un cercle et dans un carré, il n’est donc pas une proportion mathématiquement définissable mais une forme géométrique parfaite. Et toutes les formes géométriques ne sont-elles pas parfaites ? Donc tous les corps sont parfaits…

.

 « La beauté dépend du regard que l’on porte sur soi. » Les Canons de la Beauté, Article Quinzième.

Le seul juge est soi-même. En se regardant dans le miroir nous estimons notre niveau de beauté selon des critères personnels. Et lorsqu’on se juge, nous sommes forcément plus cruels que n’importe qui d’autre. Il faut prendre de l’assurance et se sentir beau ou belle pour rayonner et que la beauté émane de soi.

.

« La beauté est d’abord intérieure. » Les Canons de la Beauté, Article Seizième.

Cette règle rejoint la précédente, une répétition utile puisque le critère est important. Il faut se sentir beau pour être beau. La nature ne peut pas tout faire, il faut également adapter son état d’esprit. Une belle personne qui se déconsidère peut paraître laide au regard des autres, qui perçoivent ce que la personne pense d’elle-même. Il faut toujours apprécier ce que l’on voit dans le miroir, puisqu’il faut avant tout s’aimer, les autres suivront…

.

« La beauté s’adapte selon l’âge. » Les Canons de la Beauté, Article Dix-Septième.

La beauté n’est pas figée, elle évolue chaque jour. La beauté n’est pas assimilable à la seule jeunesse. Quel que soit l’âge, il y a des critères de beauté spécifiques et il est possible d’être considéré comme beau ou belle depuis la plus tendre enfance jusqu’au dernier jour. Chaque étape de la vie a son charme…

.

« La beauté est un état d’esprit. » Les Canons de la Beauté, Article Dix-Huitième.

Une personne peut ne pas être belle au regard des canons de la beauté, de ces critères qui sont imposés par la société. Mais si cette même personne arrive à se convaincre qu’elle est belle, alors ces critères factices n’ont plus aucun pouvoir. Si d’une personne émane le sentiment de beauté, toute imperfection disparaît.

.

« La beauté universelle n’est atteinte qu’en art. » Les Canons de la Beauté, Article Dix-Neuvième.

Les possibilités de la beauté sont multiples. Seul l’art, par la peinture ou la sculpture, peut figer une beauté pour l’éternité. Ceci en magnifiant le modèle ou le paysage, par le choix du dessin, des couleurs, de la lumière… Une forme de beauté universelle peut-être atteinte dans l’art qui fige un instant, pour ce qui concerne les corps vivants, la beauté prend de multiples formes et réside dans le mouvement.

.

« La beauté est l’œuvre d’art de la nature. » Les Canons de la Beauté, Article Vingtième.

L’être humain ne peut que composer une beauté artificielle, par le dessin, la peinture ou la sculpture. Pour ce qui est de la beauté du corps vivant, l’artiste est la nature elle-même. Et comme tout artiste, elle réalise des œuvres moyennes ou des chefs-d’œuvre, selon son inspiration et selon des éléments de bases. Nous sommes tous des œuvres d’art !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *