L’insondable bêtise humaine

Au fil de mes observations je note ici les situations dans lesquelles je trouve que la bêtise nous fait toucher le fond. Après cela, il n’est pas étonnant qu’il y ait des guerres. Il ne faudra pas s’étonnent non plus que l’intelligence artificielle nous dépasse, celle humaine étant très mal ou peu utilisée.

Les médias

 

Les médias ne sont pas là pour nous informer, leur rôle est tout au plus de nous occuper l’esprit. Le constat est assez simple, il suffit de regarder le titre qui fait la une pour comprendre. Dans la majeure partie des cas il s’agit de la météorologie. Selon les saisons nous avons droit à des images de gens en maillot de bain sur la plage, des gens sur des skis ou glissant sur les trottoirs, de personnes devant utiliser une barque pour sortir de chez eux lors des inondations. Dans les deux premiers cas, ce n’est pas de l’information : en été il fait chaud, en hiver il neige. La troisième situation pourrait être de l’information, sauf que le sujet n’est traité qu’en surface. Il y a des inondations, c’est assez dramatique pour faire de l’audimat, mais informer c’est donner les causes, désigner les responsables et esquisser des solutions !

L’autre titre principal est généralement le sport. Enfin, certains sports, le football est digne d’une ouverture de journal télévisé, le reste est relégué à la fin. Il est inutile de passer quinze minutes sur une victoire (en général la défaite est vite expédiée). Informer c’est donner les scores, point. Ceux que cela intéresse vraiment ont regardé le match, ils étaient devant leur télévision, ils savent déjà tout ou regarderont les émissions spécialisées. Les autres, qui n’ont pas envie de savoir parce que ça ne les intéresse pas, ne veulent pas voir ces images. Palabrer pendant de longues minutes sur ce que les joueurs ont mangé, comment ils font la fête, s’ils doivent récupérer (les pauvres) après tant d’efforts pour gagner des millions… ce n’est pas de l’information et cela n’a rien à faire dans la presse écrite ou télévisée.

Sinon, il y a aussi cette multitude de sujets qui n’ont absolument aucun intérêt. Certes il se passe des choses dramatiques dans le reste du monde, mais au lieu de nous informer sur ce qui compte vraiment les médias focalisent notre attention sur de petits événements : des enfants coincés dans une grotte par exemple. C’est triste pour eux mais encore une fois ce n’est pas réellement de l’information, inutile d’y passer des heures chaque jour. Idem pour les affaires juridiques. Les médias sautent sur le moindre meurtre ou indicent avec des policiers pour médiatiser une affaire à outrance. Informer c’est effectivement alerter sur le fait qu’il y a des crimes et des luttes de gangs dans les cités. Mais informer c’est aussi passer sur ces faits rapidement puis n’y revenir qu’au moment des conclusions de l’enquête. Inutile de discuter pendant des heures et de créer de faux rebondissements. En général, d’ailleurs, personne ne parle du jugement définitif qui est prononcé, ce n’est pas ce qui intéresse les médias.

Ce que veulent les médias, ce sont des attentats. Ce genre d’événement, ils adorent ! Surtout les chaînes d’information en continu, en les regardant on comprend bien que tout ce qu’ils attendent c’est un attentat pour pouvoir faire tourner des images d’horreur en boucle. Le reste du temps nous avons droit à la petite histoire de la boulangerie d’un village isolé qui est sur le point de fermer. Ou alors un sujet sur la nourriture, en regardant les programmes télévisés on constate que les gens sont obnubilés par tout ce qui touche à la bouffe. Les émissions de cuisine fonctionnent à plein régime et les médias se jettent sur le sujet pour essayer d’intéresser leur auditoire, sans jamais informer réellement. Pour eux il n’y a que les drames qui comptent, c’est ce qui fait vendre du papier et des publicités !

Mais nous savons bien que tous les médias, absolument tous sont dirigés par le gouvernement en place. Quel que soit le pays, puisqu’il n’y a plus réellement de démocraties, uniquement des dictatures médiatiques. La presse écrite est subventionnée par l’État. Les chaînes de télévision ne risquent pas de froisser les politiques parce qu’ils les veulent sur leur plateau et cherchent à éviter que le CSA ne se penche sur leur cas. Ne parlons même pas des radios, qui ne vivent que grâce à l’argent public. Pour ce qui est d’Internet il n’y a jamais aucun média désintéressé non plus. Là ce ne sont pas forcément les États qui ont le contrôle mais les grands acteurs du Web qui abreuvent les internautes de publicités plus ou moins déguisées (vous êtes le produit).

Informer c’est décrypter de manière impartiale ce qui transforme réellement notre monde. Analyser les actions politiques en donnant les réels tenants et aboutissants, sans essayer de nous endormir. Expliquer les enjeux économiques sans parler de guerre commerciale et des méchants qui veulent taxer des produits. Pourquoi en est-on arrivé là ? Voilà ce qui serait de l’information. Informer c’est aussi donner des conseils cohérents. Sempiternellement et presque chaque jour les médias sortent des études menées par d’obscurs experts (d’une université américaine ça fait plus sérieux) qui nous disent quoi manger, quoi acheter, ce qu’il faut absolument éviter. Ce n’est évidemment jamais désintéressé, il n’y a pas d’impartialité dans les médias. Et quand il n’y a pas d’impartialité, il n’y a pas d’information. Trump est bête et méchant, Macron est sympa mais il préfère les riches. Les médias nous prennent pour des ânes, incapables de comprendre plus que la distinction entre les méchants et les gentils.

Est-ce que la population est d’une bêtise insoudable, dans lequel cas les médias s’adaptent au faible niveau intellectuel ? Est-ce que les médias participent à l’abrutissement général ? Difficile à savoir. La seule chose certaine est que malgré la presse écrite, télévisée et Internet, nous ne sommes jamais informés. À qui profite l’endormissement des masses ?

Donner son avis

Il y a peu, j’ai donné mon avis, sur Google, à propos de la société qui gère la copropriété dans laquelle j’habite. Un avis rapide, uniquement factuel, précisant ce que je n’apprécie pas au niveau de la gestion : le manque de réponse aux e-mails et aux courriers recommandés ou encore les menaces que je reçois de leur part. Rien de bien grave me direz-vous. Et pourtant, cette société qui ne répond jamais lorsqu’on lui pose des questions importantes n’a mis que quelques heures à réagir à cet avis. Quelle surprise de découvrir un e-mail de leur part au sujet de cet avis négatif, puisque bien évidemment je n’ai mis qu’une seule étoile sur cinq à leur société.

Il n’y a pas eu de demi-mesure mais immédiatement une tentative d’intimidation. La société m’a menacé de porter plainte pour diffamation et de me traîner en justice si je ne retirais pas mon avis négatif qui porte atteinte à leur image. Je présume donc que ces personnes ne vivent pas en France et ne connaissent pas la notion de liberté d’expression, une liberté que des millions de personnes sont allées défendre dans la rue après les attentats de Paris ! Quand il n’y a pas de méchanceté gratuite, d’agressivité ou de dénigrement, mais uniquement des faits vécus et prouvables, il n’y a aucune raison d’embêter la justice, je pense qu’elle a beaucoup mieux à faire. Enfin, ici on comprend pourquoi nos tribunaux sont engorgés.

Leur intelligence, les gens de cette société devraient la développer pour être compétents et faire le travail pour lequel les copropriétaires les paient grassement. Encaisser l’argent, ils savent faire. Surfer sur Internet aussi, mais ce ne sont pas ces compétences qui sont recherchées. Ils pourraient par exemple lire les textes de loi pour apprendre la différence entre parties communes et parties privatives, c’est essentiel quand on gère un immeuble, ils ne savent même pas ce genre de chose. Ils pourraient aussi passer moins de temps à magouiller, comme lors des assemblées générales lorsqu’ils trafiquent les votes pour avantager une copropriétaire.

Leur bêtise est insondable. On ne perd pas son temps à menacer les autres de procès en diffamation puisque pour ne pas avoir d’avis négatif la recette est assez simple : il faut être compétent. Sauf que pour être compétent il faut d’abord avoir un minimum d’intelligence. L’agressivité est la marque des faibles. Ceux qui se savent incompétents et qui veulent le masquer sont les premiers à brandir l’étendard des menaces futiles pour masquer leurs propres manquements.

Encore plus idiot, ils ont multiplié les faux avis positifs pour contrer mon « attaque », puisqu’ils se sont sentis agressés. J’ai un doute quant à l’existence de madame Vanille Serisier, monsieur de fontenay (sans majuscules, ils sont stupides), madame le parc ou Stan Delibes (anagramme de Débiles ?). Si un seul avis négatif, mais factuel, provoque une telle levée de boucliers, il n’est pas étonnant que notre monde soit dans un tel état. Il ne faut plus se demander à quoi tient la guerre, la source est unique : l’insondable bêtise humaine !

Un commentaire

  1. Très très bon article ! Et en plus on a le déroulement de l’affaire avec le syndic… Très révélateur de notre société. Le marketing est partout et même les administrateurs de biens jonglent avec ! On croit rêver

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *