L’être Physique

Le poids idéal

On nous répète à l’envi que pour maigrir il faut juste manger mieux et pratiquer un sport. Plus facile à dire qu’à faire ! Les magazines et les livres spécialisés regorgent de conseils et de méthodes, sans jamais révéler les causes du surpoids. Ceci pour une bonne raison : ils ne veulent pas que vous atteigniez votre poids idéal, sinon qui achèterait leurs magazines et leurs livres ?

Je ne suis pas nutritionniste, donc je ne me permettrai pas de vous indiquer quoi manger et en quelle quantité. Vous verrez d’ailleurs que cela n’a pas vraiment d’importance pour réellement réussir et de toute façon, de nombreux livres traitent de ce sujet précis. Je ne vais pas vous demander de jeter votre balance à la poubelle, parce qu’après un moment, vous n’aurez même plus l’idée de monter dessus.

Ce que je vous propose, c’est de changer votre état d’esprit au regard de votre poids, de votre corps, de la nourriture. Il ne faut pas grand-chose pour cela, vous constaterez que tout va très vite. Je pense que mes conseils s’adressent autant aux hommes qu’aux femmes, puisque nous avons toutes et tous un seul problème lorsque nous voulons perdre du poids : le manque de volonté, surtout dans la durée.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je me permets une mise en garde. Tout le monde peut atteindre son poids idéal. Malheureusement, dans certaines situations, le surpoids devient un enjeu médical. Ne jouez pas avec votre santé. Si vous avez atteint un poids qui vous met en danger, consultez votre médecin. Certaines situations doivent faire l’objet d’un suivi médical particulier et individualisé.

« Le corps est sculpté par le mental. »

Ne parlez pas de régime

 

Voilà bien une chose que les médias ne vous diront jamais, parce que le marché des régimes brasse des sommes trop importantes. Beaucoup en ont fait leur business et ne veulent pas réellement vous aider. Ils en ont après votre portefeuille, pas votre bien-être. Réalisez pourtant que le simple fait de parler de régime vous conduit à l’échec pur et simple.

Dans le mot « régime », il y a l’idée que l’on perd du poids rapidement et pour un certain temps seulement. Si les régimes fonctionnaient sur le long terme, il y aurait bien un moment où tout le monde serait satisfait de son poids et où plus personne n’aurait besoin de régime ! Si les magazines en proposent de nouveaux chaque année, c’est le signe que les précédents ont échoué…

Les mots sont puissants, parfois dévastateurs. Notre corps connaît la signification de certains mots. Lorsque vous dites : « Je vais faire un régime », votre corps se met en état d’alerte. Oui, il sait ce qui va arriver. Il a conscience que vous allez manger moins, beaucoup moins ! Il ne veut pas de cela. Il veut une alimentation saine et équilibrée, ainsi que la possibilité de faire des réserves au cas où. Et votre corps sait que si vous commencez un régime, il ne pourra plus stocker de graisse (un mécanisme primal hérité de l’époque où nous étions trop dépendants de la nature, où il n’était pas certain que nous puissions manger à notre faim chaque jour).

Nous verrons plus loin que votre corps n’est pas votre ennemi. Il sait ce dont il a besoin et vous alerte lorsqu’il manque de quelque chose. Avec le mot « régime », il comprend ce que vous allez lui imposer. Quelle est sa réaction ? Il déclenche un sentiment de faim permanente. Pour éviter que vous ne le priviez. Pour éviter les carences.

Plus vous parlez de régime, plus votre corps déclenchera la sensation de faim. En faisant cela, il ne lutte pas contre vos bonnes résolutions, il a juste peur pour vous, peur de manquer d’énergie, peur de ne plus pouvoir fonctionner. Parce qu’un régime, c’est brutal, tandis que le corps a besoin de temps pour s’adapter.

Alors, ne parlez plus de régime. Pensez uniquement en termes de « poids idéal ». Parce que là aussi, votre corps c’est ce que cela veut dire.

Votre corps aime la notion de « poids idéal ». C’est ce qu’il veut, c’est ce qu’il cherche. Et il travaillera avec vous pour réaliser cet objectif. Il sait que le poids idéal ne signifie pas « moins manger », mais « mieux manger ». Lorsqu’il entendra que vous prenez la décision d’atteindre votre poids idéal, il vous apportera sa coopération pleine et entière.

C’est un peu comme le fonctionnement des globules blancs. Il s’agit d’une réaction du corps automatique pour se protéger des agressions extérieures. Et les régimes sont une agression venue de l’extérieur. Votre corps n’est pas responsable de votre prise de poids, il ne fait que transformer ce que vous lui donnez à manger. Par contre, s’il entend que vous allez fermer les vannes, réduire drastiquement et d’un coup les apports journaliers, il entre en lutte et sait vous torturer pour vous inciter à manger encore, même plus.

Lorsque vous coopérez avec votre corps, que vous ne lui imposez pas une transformation mais évoluez avec lui, il vous dit exactement ce dont il a besoin et c’est la meilleure des méthodes. Finis les régimes, vive l’objectif « poids idéal » !

La rationalisation alimentaire

 

Voici un petit conseil qui a fonctionné pour moi. J’ai cessé d’utiliser le mot « régime » pour le remplacer par « rationalisation alimentaire ».

Vous pensez que les termes employés n’ont pas d’importance ? C’est pourtant la base de tout. Simplement parce que tout commence dans votre esprit. Il ne peut pas y avoir de transformation physique sans changement d’état d’esprit.

Vos pensées forgent votre mental, et par ricochet votre physique. Il faut faire attention à ce que vous pensez, à la façon dont vous vous percevez. Aucune parole n’est anodine. « Je suis grosse », « Je suis obèse », « Je ne peux pas me regarder dans le miroir »… ces paroles ont-elles déjà aidé quelqu’un ? Oui, les vendeurs de régimes ! Ils veulent que vous vous sentiez mal dans votre peau, c’est leur fonds de commerce.

Chaque fois que vous vous dénigrez, vous renforcez l’image négative que vous avez de vous et que vous projetez aux autres. Certaines personnes essaient de vous rassurer, de vous dire que ce n’est pas si grave. Mais il est déjà trop tard. Lorsque ces paroles sont prononcées, ou simplement pensées, elles sont gravées en vous et votre estime de vous-même en prend un sacré coup.

Vous pouvez manger sans prendre un gramme. Soyez-en convaincu et votre corps répondra favorablement à cette idée. Il est là pour vous aider et vous dira exactement quoi manger. Vous fixez l’objectif, votre corps vous aide à l’atteindre.

Nous attirons ce que nous pensons. Quand vous dites : « Je suis obèse », ce que votre corps entend c’est : « Il ou elle veut être obèse, faisons tout pour le ou la satisfaire ». Le corps n’est que physique, il ne pense pas. Ce que vous lui ordonnez, il l’exécute. Vous vous focalisez sur vos problèmes de poids ? Pas de souci, votre corps sait comment fabriquer de la graisse pour vous donner toujours plus de raisons de détester votre silhouette.

Il faut être bien dans sa tête pour être bien dans son corps.

Il ne faut pas attendre d’avoir atteint son poids idéal pour espérer se sentir bien, comme ça, d’un coup de baguette magique. Il faut d’abord rayonner d’optimisme pour que votre corps s’harmonise avec votre état d’esprit. On projette à l’extérieur ce que l’on ressent à l’intérieur. En plus, vous avez de la chance puisque vous possédez un coach à domicile. Nous avons tous notre guide pour réussir à atteindre notre poids idéal. Ce coach, vous le connaissez depuis toujours, il est en permanence avec vous, où que vous alliez, quoi que vous fassiez. Puisque celui qui peut vous dire exactement quoi faire et quoi manger, pour atteindre votre poids idéal, c’est : votre corps !

Avez-vous déjà tenté de suivre les préconisations des scientifiques en matière d’alimentation ? Chaque semaine on annonce une nouveauté, soi-disant excellente pour la santé. Chaque semaine on nous sort une nouvelle interdiction, un aliment à éviter. Quelques mois plus tard, on nous dit exactement l’inverse. Un coup les épinards apportent plus de fer que nécessaire. Dix ans après, on vous dit qu’il y a eu une erreur de virgule et que les épinards de Popeye n’existent pas.

Vous voulez vraiment vivre au rythme des conseils et des erreurs des scientifiques ?

La nature est bien faite, elle a tout prévu. Vous n’avez pas besoin d’études scientifiques pour savoir que la cigarette est nocive. Votre corps vous le fait comprendre : vous respirez moins bien et vous crachez vos poumons. Pour la nourriture, c’est pareil. Le meilleur des nutritionnistes, c’est votre corps. Que vous viviez au beau milieu de la jungle ou que vous achetiez vos aliments dans un grand magasin, votre corps sait se repérer et vous indiquer ce qu’il vous faut.

La rationalisation alimentaire, c’est aussi écouter son corps lorsqu’il dit stop. Il se trouve que votre corps a envie de fraises. Vous achetez un cageot de fraises, parce que cela revient moins cher. Au bout de dix minutes, votre corps dit stop, il a sa dose. Vous, par contre, vous continuez à manger parce que vous avez acheté toutes ces fraises et qu’il ne faut pas gâcher. Eh bien, tout ce que vous avalez au-delà du moment où votre corps a dit stop, c’est ce qui vous éloigne de votre poids idéal.

Cela vaut pour tous les aliments. Ceux que l’on dit sains et les autres. Votre corps a envie de chocolat ? Il s’agit certainement d’un carreau ou deux. Mais vous lui imposez la tablette entière. Votre corps a envie de sucre ? Une tartelette aux fraises suffirait, mais vous engouffrez un gâteau entier. Votre corps a envie de chips ? Sans doute deux ou trois, pas tout le paquet.

Il faut rester rationnel. Il faut répondre aux envies de votre corps, mais également l’écouter quand il dit stop !

C’est ça, la rationalisation alimentaire.

Arrêtez de vous critiquer

Le problème et la solution résident en vous ! Le secret des personnes bien dans leur peau, c’est leur état d’esprit. C’est votre relation au poids et à la nourriture qui est à la base de tout.

Si vous vous focalisez sur votre poids, le chiffre sur la balance, que vous en faites une obsession, c’est l’échec assuré. Nous avons là l’une des causes principales de l’inefficacité des régimes. Simplement parce que le fait de vous imposer un chiffre à atteindre vous décourage. Ce chiffre, ce n’est pas votre poids idéal, il vous est dicté par l’extérieur, par les « normes » de la société. Mais votre idéal n’est pas d’entrer dans une norme, de devenir standard. L’objectif ultime est que vous vous sentiez bien, en harmonie avec votre corps.

La recherche du poids idéal n’est pas une contrainte, c’est une aventure plaisante. Nous avons tendance à approcher les difficultés de la mauvaise manière. Vous vous dites que vous serez au comble du bonheur lorsque vous aurez perdu un certain nombre prédéfini de kilos. En réalité, cela fonctionne exactement dans le sens inverse. Nous ne sommes pas heureux une fois un certain chiffre atteint. Nous devons être bien avec nous-mêmes, ici et maintenant, avec nos défauts. Et c’est seulement lorsqu’on se sent bien dans sa tête que le poids baisse pour atteindre l’idéal.

Cessez de vous torturer. Il ne faut pas vous en vouloir d’avoir mangé plus que de raison lors d’un dîner entre amis ou à Noël. La culpabilité ne mène à rien. Vous aviez envie de nourriture, vous vous êtes fait plaisir, c’est parfait !

Vous êtes aux commandes. Cela paraît être une évidence, que nous oublions souvent. Surtout, nous ne prenons pas bien la mesure de ce que cela implique. Lorsque vous apprenez à conduire et que le professeur d’auto-école vous donne le volant en disant : « Vous êtes aux commandes », vous comprenez les tenants et les aboutissants. Vous vous sentez responsable. Et avec plus de responsabilités vient une plus grande liberté !

Nous savons que nous sommes aux commandes derrière un volant. Bizarrement, nous avons du mal à nous faire à l’idée que nous sommes aux commandes de notre propre corps. Ce n’est pas lui qui gouverne. Il vous envoie des suggestions, mais c’est vous qui décidez. Le corps réclame et l’esprit décide. Ne laissez pas vos pulsions vous contrôler. Ne mangez pas pour combler un vide. Ne vous focalisez pas sur la nourriture. Vous avez toutes les cartes en main, c’est vous qui décidez.

Chaque corps répond à son propre canon de beauté.

Il n’existe pas de canon de beauté universel. Ce serait trop simple. Il n’y aurait qu’à entrer dans un moule pour se sentir bien. La nature n’a pas voulu les choses ainsi. Elle aime la diversité. Il y en a pour tous les goûts, toutes les formes, toutes les perfections. Vous ne devez répondre qu’à vos propres critères.

Vous seul savez quelle est votre perfection. Vous savez l’apparence que vous voudriez avoir, la taille qui vous convient le mieux, la silhouette que vous aimeriez croiser dans le miroir. À chaque instant, dès que vous le pouvez, visualisez votre corps idéal. Pas en fixant la photographie d’un mannequin. Non, imaginez-vous dans des vêtements que vous ne pouvez pas mettre pour le moment. Imaginez votre ventre avec la forme que vous souhaiteriez qu’il ait.

C’est par là que tout commence et c’est de là que tout découle. Avec cette méthode simple, la rationalisation alimentaire ne sera pas un effort. Dès que la faim vous tenaille, remémorez-vous votre corps tel que vous le désirez. Automatiquement, vous saurez ce que vous devez manger et en quelle quantité. Le corps a besoin d’un objectif, il doit savoir ce que vous voulez de lui, afin qu’il vous envoie les bons signaux pour vous aider.

Soyez sûr que vous y arriverez.

L’étape la plus importante pour prendre le chemin de votre poids idéal est de savoir ce que vous voulez, de connaître le but à atteindre. Pas en termes de poids, avec un chiffre en tête. Plutôt en termes d’apparence générale. En visualisant celle ou celui que vous voulez devenir, votre perception de la nourriture va automatiquement se modifier. Votre corps va se mettre à réclamer exactement ce qu’il faut pour atteindre votre objectif.

Ne vous dévalorisez pas. Au contraire, répétez-vous le plus souvent possible combien vous êtes belle ou beau, à quel point vous vous sentez bien. Dites à votre corps qu’il est parfait, parce qu’effectivement, en tant que coach et allié, il est parfait. Chacun a sa propre beauté, c’est ce qui fait la richesse de la nature. Ne l’appauvrissons pas en essayant de ressembler à des corps modifiés par Photoshop.

Vous avez la maîtrise de votre corps. Personne d’autre que vous ne sait ce qui vous permet de vous sentir bien. Si votre poids idéal n’est pas conforme à l’image des top-modèles, c’est plutôt une bonne nouvelle. Vous êtes une personne indépendante. Il s’agit de votre corps, c’est vous qui savez précisément ce à quoi il doit ressembler. Si vous vous sentez bien dans votre peau, les autres vous aimeront aussi. Nous projetons à l’extérieur l’image que nous nous faisons de nous-mêmes.

Ce ne sont pas les autres qui nous jugent.

Ils nous voient tels que nous nous pensons.

Nous sommes notre pire juge. Si nous condamnons notre propre physique, les autres ne risquent pas de l’apprécier. Par contre, si nous nous sentons bien, personne ne nous jugera mal. Les critiques ne viennent que lorsque nous ne nous aimons pas. Quand vous vous sentez bien, rien ne peut vous atteindre. Aimez-vous, aimez votre corps, vous êtes la perfection de vous-même !

Pour vous aider, que ce soit au travail, en famille ou simplement dans la rue, focalisez-vous sur les gens heureux, épanouis, bien dans leur tête et leur corps. Ne fixez pas votre attention sur ce que vous ne voulez pas être, mais sur ce que vous voulez devenir.

Souvenez-vous que l’on se sent bien d’abord dans sa tête,

ensuite dans son corps.

Observez les autres sans vous comparer à eux. L’auto-flagellation ne résout rien. Ne regardez que celles et ceux qui rayonnent. Ne vous focalisez pas sur les personnes que vous jugez trop loin de votre poids idéal. Vous seul savez ce que vous voulez devenir. Ne vous éloignez jamais de vos propres critères, ce sont les seuls qui comptent !

Ne prenez pas les autres pour modèle

En 2008, plein de bonnes résolutions, je me suis inscrit à une salle de sport. Un abonnement annuel, comme toutes les personnes qui sont motivées. J’y suis allé tous les jours… pendant une semaine. Puis il y a eu deux mois sans rien, avant que je ne revienne pour ne plus jamais cesser de faire du sport.

Que s’est-il passé la première fois ? Mon objectif était utopique. Je regardais les corps des autres sportifs, j’observais le mien et je prenais conscience du gouffre entre les deux. Comme beaucoup j’avais envie de me sculpter un corps parfait en quelques jours seulement. Nous savons que c’est une chimère, pourtant nous ne pouvons pas nous empêcher de rêver. Évidemment, lorsque j’ai constaté que je ne devenais pas plus mince à vue d’œil, j’ai jeté l’éponge.

Première erreur : se comparer aux autres. Dans la salle de sport, je prenais pour modèles des personnes loin de ma morphologie. Sans même réfléchir au fait que ces autres n’avaient sans doute jamais été en surpoids et que, de plus, la plupart étaient inscrits dans cette salle depuis des années, tout en pratiquant d’autres sports à l’extérieur.

Comparez-vous intelligemment. La publicité nous fait miroiter certains canons de beauté. Vous savez que ces modèles sont retouchés et que sans l’informatique, personne ne pourrait avoir des corps comme ça ! C’est une évidence qu’il faut garder à l’esprit. Au début, dans les vestiaires de la salle de sport, je ne me comparais qu’à ceux qui étaient bien fichus. Je voulais devenir comme eux.

Mon erreur a été de me comparer à l’impossible ! Nous avons chacun une morphologie particulière. Nous avons des prédispositions génétiques et surtout, nous avons une masse osseuse que nous ne pouvons pas réduire. Je me comparais à des gens minces, déjà fins à l’origine, alors que ma masse osseuse est imposante. Il m’aurait été impossible de devenir aussi fin que ceux que je prenais comme modèle à l’époque.

Il a fallu un moment pour que je comprenne que cela n’avait aucune importance. Nous ne sommes pas là pour devenir un copier-coller des autres. Nous sommes ici pour atteindre NOTRE poids idéal, la morphologie qui nous convient le mieux.

Malgré tout, et ce n’est pas contradictoire, il peut être utile d’avoir des modèles. Rien que pour nous aider à visualiser ce que nous voulons pour nous. J’ai changé mon état d’esprit en me focalisant sur des sportifs qui avaient à peu près la même masse osseuse que moi, pour voir ce que je pourrais devenir, les effets que des heures de sport auraient sur mon corps. Soudain, l’objectif a totalement changé. Je suis passé de : « Gouffre impossible à combler » à : « Tout à fait faisable ».

Second écueil : ne pas éprouver de jalousie. Comme je l’ai déjà souvent répété, le poids idéal est propre à chacun. Il est totalement inutile et contre-indiqué de jalouser celles et ceux qui, à nos yeux, ont le poids et la silhouette proches de la perfection. Nous travaillons dans ce guide sur notre façon de penser. Il faut immédiatement évacuer tout sentiment de jalousie, d’envie ou d’infériorité. Vous n’êtes pas coupable parce que vous avez des bourrelets.

Je sais que les règles de la nature semblent parfois injustes. Nous connaissons tous des personnes qui semblent pouvoir manger ce qu’elles veulent, se goinfrer, sans prendre un gramme. Il ne faut pas les envier. Vous n’avez pas le même métabolisme, et alors ? Au lieu d’envier ces personnes, comprenez leur secret : elles ne pensent pas à leur poids, la nourriture n’est pas leur obsession, elles font confiance à leur corps !

Le temps que cela prend

 

Je le sais, parce que je suis passé par là, nous avons envie de trouver notre poids idéal rapidement. Parce que nous nous y prenons mal. Nous pensons uniquement à notre poids lorsque l’été approche et qu’il va falloir dévoiler son corps. Ou alors, nous sommes motivés lorsqu’une nouvelle année commence et nous voulons effacer rapidement des années de laisser-aller. Ce n’est pas l’état d’esprit à conserver.

Le temps que cela va prendre ? Il ne faut pas y penser. Je ne suis pas un rédacteur de magazine qui vous promet de maigrir en deux semaines. Je suis à l’opposé de cette conception. Ensemble, nous cherchons notre poids idéal. Pas pour faire bien dans un maillot de bain, mais pour se sentir bien en permanence, en harmonie complète avec notre corps.

Ne faites pas l’erreur de vous fixer un objectif de temps. Le poids idéal, c’est pour la vie, alors peu importe le temps nécessaire pour l’atteindre, l’important est que vous le gardiez pour toujours. De toute façon, chacun ira plus ou moins vite, à son rythme. La quête du poids idéal n’est pas une course. Vous avez le temps, puisqu’une fois trouvé, ce sera pour la vie.

Pour atteindre son poids idéal, il faut se visualiser tel que l’on veut devenir. Et il ne faut pas vouloir avoir fini avant de commencer ! Ce serait pratique de pouvoir tout changer en un claquement de doigts. D’ailleurs, il y a une chose qui est instantanée, immédiate : le déclencheur. Avec les quelques conseils que je vous donne, votre voyage vers le poids idéal commence.

Pour certaines et certains il ne faudra que quelques semaines pour observer d’importantes modifications. Pour d’autres, cela peut prendre des mois. La bonne nouvelle est que l’amélioration sera constante et non éphémère. Car une fois le but atteint, votre mental, votre état d’esprit, tout aura changé : votre manière de penser, de vous penser, de vous voir. Le résultat n’a pas de prix, il en vaut la peine.

Donc, ne vous angoissez pas à l’avance pour le temps que prendra votre atteinte du poids idéal. Il est inutile de précipiter les choses, vous avez déjà fait cette erreur. Quand on arrive à se contrôler, à bien manger pendant la journée, on se dit que le défi est gagné. Et puis, le lendemain on reprend ses mauvaises habitudes. Au début, modifier votre état d’esprit vous demandera des efforts. Rapidement, cela deviendra une seconde nature. Vous prendrez les bonnes habitudes et ne les abandonnerez plus jamais.

Tout commence lorsque vous brisez vos chaînes, lorsque vous considérez votre corps et la nourriture comme des alliés. Il faut travailler avec votre corps, avec votre alimentation, non pas monter les uns contre les autres.

La quête du poids idéal n’est pas une lutte, c’est une harmonie.

Il est humain de vouloir tout, tout de suite. D’avoir besoin de résultats immédiats. Sauf que c’est le meilleur moyen d’échouer. L’important est de se mettre sur les bons rails, de suivre la bonne voie : la vôtre ! En suivant mes quelques conseils, vous renforcerez rapidement votre mental. Il faut entrer dans un état d’esprit positif. Dans la vie, il y a assez de luttes à mener, n’y ajoutez donc pas un combat contre votre corps ou contre la nourriture.

Vous allez trouver votre rythme pour atteindre votre poids idéal. Car vous seul savez ce dont vous avez besoin. C’est en trouvant votre équilibre que vous révèlerez la perfection que vous incarnez. À ce moment, vous n’aurez plus de soucis avec votre poids.

Vous êtes une perfection unique, incomparable.

La nourriture n’est pas votre ennemi

Le problème, ce n’est pas la nourriture. Le problème est que nous en abusons en mangeant mal ou en mangeant trop !

En changeant mon état d’esprit, je me suis mis à manger mieux. D’abord, il faut cesser d’associer le « manger mieux » à quelque chose de triste. Les chips, le chocolat, les gâteaux, c’est amusant, ça fait plaisir. Par contre, il n’y a pas de raison pour que la viande soit triste ou que les légumes deviennent déprimants. N’oubliez pas l’importance de la présentation de vos aliments. Amusez-vous. Mettez de la couleur dans vos assiettes. Mettez-y les formes.

Et puis, récompensez-vous ! Vous n’êtes pas là pour vous frustrer. Au contraire, il faut se faire plaisir. Moi, je me suis fixé une récompense. Chaque vendredi matin, avant d’aller travailler, je passe à la boulangerie acheter deux beaux pains aux raisins, que j’adore. Je ne me sens jamais coupable. Je pouvais m’en vouloir à l’époque où je faisais cela chaque matin. Là, ma vision a totalement changé. Ce n’est plus « mal » de manger des viennoiseries, c’est une récompense ! Pour avoir mangé équilibré toute la semaine…

Se priver est la pire des choses à faire. Imaginez que vous ayez envie d’une glace. Vous allez vous la refuser parce que vous voulez perdre du poids. Pourtant, il est inutile de résister. Parce que vous n’allez pas arrêter de penser à cette bonne grosse glace. Pire, vous allez avoir faim en permanence, manger n’importe quoi, pour combler un vide. Mangez cette glace qui vous fait tant plaisir, vous serez satisfait, le sentiment de faim disparaîtra. Inutile de culpabiliser. Vous aviez envie de cette glace, vous vous êtes fait plaisir.

Dans la vie, il ne faut jamais se frustrer. Il est bien pire de s’interdire un petit plaisir que de succomber et voir son moral remonter, le sourire se dessiner sur votre visage. Attention, je n’ai pas dit qu’il fallait succomber au point de manger quinze glaces de suite !

La perte de poids est une conséquence, la cause est le bien-être.

La prise de poids n’est pas une fatalité. Ce n’est pas en faisant la guerre à la nourriture que vous réussirez. La nourriture ne vous veut aucun mal, vous savez qu’elle est essentielle. Interrogez-vous un instant sur votre rapport à la nourriture. Il faut réapprendre à l’apprécier, non pas chercher à l’éliminer, à la quantifier, à la rationner outre mesure.

La nourriture n’est responsable de rien, c’est notre façon de la consommer qui nous éloigne de notre poids idéal.

Le simple fait de considérer la nourriture comme une ennemie mène à la prise de poids. Pourquoi ? Parce que la nourriture devient une obsession. Plus vous vous focalisez sur ce que vous mangez, plus vous avez faim. En en faisant une obsession, vous allez avoir envie de tout ce qui n’est pas bon pour vous. Tout ça pour, ensuite, culpabiliser.

Les chips et le chocolat sont vos amis. Ce n’est pas de leur faute si vous prenez du poids. N’oubliez pas que les aliments n’entrent pas en vous à l’insu de votre plein gré. Personne ne vous force à finir le paquet de chips ou à ne rien laisser de la tablette de chocolat. Le pouvoir de décider est entre vos mains. Vous pouvez manger de tout. Pacifiez votre relation avec la nourriture. Vous avez des envies, c’est naturel. Il n’y a aucun interdit. Il faut avant tout écouter son corps, qui vous dicte ce que vous devez manger et en quelle quantité.

Vous avez lu plein de magazines et de livres sur ce qu’il faut manger pour avoir une alimentation saine. Vous entendez sans cesse des conseils, à la télévision, sur ce qui est bien et mal en matière d’alimentation. Vous savez pertinemment qu’il est bon de faire du sport. Vous savez que manger des légumes, c’est bon pour la santé, mais que boire deux litres de coca par jour, c’est dangereux. Vous avez toutes les connaissances. Maintenant, il est temps d’agir.

Mettez en application ce que vous savez !

La nourriture n’est pas le but de la vie, elle en est une composante. Manger n’est pas votre raison d’être, d’exister. Il y a bien d’autres choses beaucoup plus intéressantes à faire que de s’empiffrer. La nourriture n’est qu’un carburant, parfois délicieux, mais il faut la remettre à sa juste place. C’est une source d’énergie. Il est d’ailleurs inutile de penser à la nourriture, votre corps sait vous avertir quand il a besoin de carburant. Vaquez à vos occupations et ne mangez que lorsque votre corps vous le demande.

Ne résistez pas à vos envies, c’est le meilleur moyen de finir par y succomber à outrance. Nous savons que les bonbons Haribo sont pleins de sucre et de choses pas très saines. Mais parfois, nous en avons envie. Il ne faut pas vous priver. Il ne faut pas en abuser non plus. Vous avez parfaitement conscience du moment où il faut arrêter.

Prenons l’exemple de l’alcool. Vous savez à quel moment vous êtes sur le poids d’avaler le verre de trop. Celui qui vous fait passer d’une ivresse légère et joviale à un trop-plein qui finit mal. À chaque fois, vous avez le choix de boire ce verre ou de dire stop. C’est pareil avec la nourriture. Votre organisme vous envoie un signal quand il en a assez. Vous êtes aux commandes. C’est vous qui décidez d’arrêter ou de continuer.

D’où l’importance d’écouter votre corps. Je sais que je me répète, ce qui est fait exprès, pour que s’ancrent en vous les bonnes notions, le bon état d’esprit, les bons réflexes. Votre corps vous indique ce dont il a besoin, mais vous restez maître à bord, vous prenez les décisions. La responsabilité vous incombe d’entretenir une bonne relation avec la nourriture.

Appréciez la nourriture.

Savourez tout ce que vous mangez. Prenez conscience des aliments qui entrent en vous. Tous vos sens doivent être mobilisés pour accueillir cette énergie qui vous fait du bien. On ne mange pas pour se remplir l’estomac. Nous avons souvent la fausse impression que c’est notre estomac qui crie famine. C’est parce que nous mangeons sans faire attention, sans être conscients de ce qu’il se passe. Nous ne laissons pas à notre organisme le temps de prendre en compte ce que nous ingérons, de gérer l’apport, de nous dire stop ou encore.

Nous sommes conditionnés par nos coutumes. En France, nous avons l’habitude de prendre trois repas par jour. Inconsciemment, nous nous sentons obligés de nous conformer à cette habitude. La faim ne doit pas être un réflexe pavlovien. Mangez quand vous en avez envie, mangez ce que votre corps réclame. Personne ne vous oblige à faire trois repas par jour. Vous êtes libre ! C’est de votre bien-être dont il s’agit, ne vous laissez rien imposer.

Je ne vous dis pas de vous arrêter de travailler à quinze heures pour sortir votre repas et manger au bureau. Il y a un juste milieu entre la dictature des trois repas quotidiens et la possibilité de manger une pomme quand vous en avez envie ! Mangez dès que votre corps vous signale une carence, pour éviter de le détraquer complètement.

Vous avez le dernier mot. Vous avez le contrôle.

Votre corps n’est pas votre ennemi

Prenez conscience de qui vous êtes aujourd’hui et de votre apparence. Ce sont deux choses bien distinctes. Tout aussi important, prenez conscience de votre apparence réelle, pas de celle que vous pensez avoir. Nous avons tendance à voir une catastrophe là où il n’y a rien de bien grave. Surtout, n’en voulez pas à votre corps pour votre apparence actuelle. Ne le détestez pas. Votre corps est votre allié.

Ce n’est pas la faute de votre corps s’il est ainsi. Ce n’est pas lui qui contrôle l’alimentation générale. Vous devez comprendre votre responsabilité. Vous prenez les décisions. Je vous ai dit de ne pas vous culpabiliser et là je semble me contredire. Non, ce qu’il faut c’est aimer son corps tel qu’il est, et l’aimer par avance pour ce qu’il sera une fois le poids idéal atteint.

Votre corps est ce que vous voulez qu’il soit. Vous vous êtes laissé aller, vous avez des kilos en trop. Inutile d’en perdre le sommeil ou de détester votre apparence pour si peu. Il ne faut rien regretter. Vous ne pouvez pas revenir en arrière. Par contre, vous pouvez aller de l’avant !

Votre corps n’est pas responsable, vous êtes seul maître à bord. Vous décidez de tout. Alors, prenez votre rôle au sérieux. Reprenez les commandes. S’il faut aimer votre corps tel qu’il est à cet instant, c’est simplement parce que vous allez travailler avec lui et non contre lui.

Vous avez habitué votre corps à recevoir une certaine quantité de nourriture, sans doute plus que de raison. Votre estomac et tout votre organisme se sont adaptés en conséquence. Plus vous mangez, plus votre corps grossit, plus il a besoin de nourriture, de carburant pour fonctionner. Il ne va pas tout de suite comprendre le changement de rythme. Il va sans doute déclencher un sentiment de faim. Soyez conciliant avec lui, il a besoin d’un temps d’adaptation.

Lorsque votre estomac semble crier famine, alors que vous mangez exactement ce qui est nécessaire, c’est à vous de dire non ! Vous donnez les ordres, pas votre estomac. Il devra s’habituer à cette nouvelle hygiène de vie et il le fera plus rapidement que vous ne le croyez.

Comme je l’ai déjà dit, votre corps a envie de coopérer avec vous. Lorsque vous le nourrissez trop, il subit votre volonté. En réalité, il voudrait vivre en harmonie avec vous. Il n’est pas un obstacle qui a toujours faim alors que votre objectif est de maigrir. Écoutez-le. Vous suivez les conseils d’inconnus dans les magazines. Vous suivez les directives d’inconnus qui écrivent des livres de régime. Uniquement des étrangers qui ne se soucient pas de vous mais de leur business. Maintenant, apprenez à écouter votre corps !

Il sait exactement ce dont il a besoin. Les magazines et les livres ne donnent que des conseils généraux. Votre corps vous livre des conseils sur mesure ! Votre corps est votre coach personnel. Le meilleur qui soit. Pourquoi ? Parce qu’il veut votre bien, que vous soyez heureux, que vous l’aimiez.

Vous allez donc finir par me dire : comment écouter son corps ? Ne vous contentez pas d’analyser : « Ah, mon estomac a faim, il faut que je mange ». Il est temps d’aller plus loin. Lorsque votre corps déclenche le sentiment de faim, ce n’est pas pour vous torturer. À chaque fois il vous indique ce dont il a précisément besoin.

La prochaine fois que vous aurez faim, écoutez attentivement ce que veut votre corps. Il peut déclencher une envie de fruits, de légumes, de viande, parfois purement de sucre ! Les muscles et surtout le cerveau ont besoin de sucre pour fonctionner. Vous n’avez pas d’ennemi, souvenez-vous-en. Sans sucre, vos muscles s’atrophient et votre cerveau cesse de fonctionner correctement.

Ce soir, vous avez prévu de manger une tourte au fromage. Manque de change, votre corps vous envoie un signal qui dit : « Je veux des fruits ». Croyez-moi, il ne sera pas satisfait avec la tourte au fromage. Vous pouvez la manger, mais la faim ne disparaîtra pas tant que vous n’aurez pas donné à votre corps ce qu’il veut : des fruits ! Travaillez en coopération avec votre corps, il sait mieux que quiconque ce dont il a besoin. Faites-lui confiance.

Votre corps veut être parfait. Votre corps vous indique comment atteindre votre poids idéal.

Votre corps est votre coach. Écoutez ce dont il a besoin. Il déclenche les bonnes envies au bon moment.

Fixez des objectifs raisonnables

Tout ce qui a été écrit précédemment sert à vous mettre dans le bon état d’esprit, pour réussir votre objectif. Ne nous le cachons pas, vous avez un objectif précis en tête. C’est très bien. Peut-être que vous avez encore un chiffre pour cible. Je vous ai demandé de ne pas vous juger vous-même. Chacun se motive de manière différente.

Ce qui est important c’est que, tout en ayant un objectif à atteindre, vous ayez des objectifs intermédiaires pour progresser étape par étape. Si nous voulons parler chiffres, disons que vous voulez perdre vingt kilos. C’est bien, n’y pensez plus. Soyez heureux avec un kilo en moins. Célébrez chaque victoire, chaque étape franchie. En vous offrant un petit quelque chose, qui n’est pas forcément de la nourriture !

Personnellement, après avoir modifié mon état d’esprit comme je vous le décris dans ce guide, je ne me suis plus soucié de ma balance. J’avais plusieurs moyens de me motiver. Mon objectif principal était de perdre du ventre, pour en retrouver un plat. Donc, ma jauge pour mesurer l’avancement de ma bonne résolution n’était pas la balance, simplement le reflet dans le miroir.

Je me suis aussi aidé avec des vêtements. J’ai commencé à acheter une taille en dessous. Je me suis félicité chaque fois que j’arrivais à entrer parfaitement dans la taille inférieure. C’est une autre forme de mesure, évidemment, mais homme ou femme nous sommes fiers de porter des vêtements moins amples. Ceci nous satisfait plus que de voir le chiffre de la balance diminuer.

Le bien-être ne se mesure pas en chiffres.

La raison en est assez simple. La balance, vous la regardez seul dans votre salle de bains, puis vous n’y pensez plus. Si par contre vous mettez un tee-shirt une taille en dessous, vous le portez toute la journée. Il vous rappelle en permanence que vous pouvez être fier de vous. Je vous garantis que ce genre de récompense est bien plus profitable.

Faites aussi attention à ce que votre objectif principal ne devienne pas une obsession. J’ai fait cette erreur. Je me suis fixé un objectif néfaste. Certes, j’ai réussi à l’atteindre, mais je ne me sentais pas bien, j’avais perdu trop de poids. N’oubliez pas que le thème est la recherche du poids idéal. Il est souvent bien différent du chiffre que nous espérons voir sur la balance…

Ne vous focalisez pas sur l’objectif. Avancez étape par étape.

Le sport

« Faites du sport ! ». Voilà, vous avez pris peur. Autant les magazines vous traumatisent et vous culpabilisent en ce qui concerne votre poids. Autant les cours d’éducation physique et sportive, depuis l’école primaire, vous dégoûtent à jamais du sport. Pourtant, l’exercice physique n’est pas votre ennemi. Le but n’est pas de vous faire suer et de vous créer des courbatures. Vous avez vu, vous n’avez aucun ennemi en fait !

Lorsque nous nous mettons au sport, nous avons tendance à tout de suite vouloir en faire trop. Il ne faut pas passer de rien à un niveau de compétition, ce n’est pas ce que veut votre corps. Au contraire, tout est une question d’équilibre. Marchez quand vous le pouvez, au lieu de prendre le bus ou la voiture pour quelques mètres. Choisissez les escaliers plutôt que l’ascenseur. Ce sont des conseils que vous connaissez. Il ne vous reste plus qu’à les mettre en application…

Le sport est une aide précieuse pour votre santé. En commençant le sport, vous allez sans doute vous dire que vous pouvez manger plus, puisque vous dépensez plus d’énergie. C’est faux. Le bon raisonnement est : « Je fais du sport, donc je mange équilibré ». Si vous écoutez votre corps, vos envies vont changer, elles seront encore plus saines. La nourriture apporte l’énergie et vous savez parfaitement quels aliments produisent quels effets sur votre organisme.

Lorsque je me suis mis à faire du sport, j’ai commis une erreur. Je vous la livre pour que vous puissiez l’éviter. Je me suis mis à penser : j’élimine des calories, donc je peux en abuser. J’ai commencé le sport sans changer ma façon de mal me nourrir. J’ai continué à ingurgiter des cochonneries. Mes dîners consistaient en chips et coca, vous imaginez le désastre !

La culpabilité me faisait courir plus sur le tapis pour éliminer ce que j’avais avalé. C’était une très mauvaise attitude. Le sport ne sert pas à se déculpabiliser et ne sert surtout pas à manger n’importe quoi en se donnant bonne conscience. Il est pire de manger mal en faisant du sport que de manger mal sans rien faire.

Pour être bien, votre corps a besoin d’énergie, donc de nourriture, mais aussi de dépenser cette énergie, donc de bouger. Vous êtes un tout, complet, parfait. Chaque élément de votre vie doit contribuer à votre bien-être. Il n’y a pas que le sport qui demande de l’énergie, une activité intellectuelle aussi. À chaque fois, votre corps sait ce dont vous avez besoin, écoutez-le !

L’énergie est faite pour être dépensée.

La notion de sport recouvre un large éventail de disciplines. Une fois de plus, vous êtes la ou le mieux placé pour savoir ce qui vous convient. Ne laissez pas les autres vous imposer une discipline sportive, une cadence, des objectifs à atteindre. Commencez à votre rythme, écoutez-vous ! Et comme pour tout, sachez aussi dire non. Parfois, le corps a besoin de se reposer, il ne faut jamais le forcer.

Conclusion

 

Vous avez compris que tout ne commence pas avec un régime prédéfini, avec une privation de nourriture, avec une perte de poids fulgurante, mais avec une nouvelle façon de penser votre relation à la nourriture, au poids, au sport, à votre corps, à vous !

Une fois le cercle vertueux enclenché, tout se met en place naturellement. Parce que vous savez déjà ce qui vous fait du bien et ce dont vous avez besoin. Quand votre état d’esprit change, tout évolue en conséquence, tout coule de source.

Vous savez que vous avez atteint votre poids idéal lorsque vous vous sentez parfaitement bien dans votre corps, en harmonie avec lui.

J’ai essayé de vous décrire la méthode qui a fonctionné pour moi. Je peux vous dire que ce n’était pas gagné d’avance. Au départ je ressemblais à un cas désespéré. Beaucoup de gens me donnaient des conseils. Mais ils venaient tous de l’extérieur, donc ils n’étaient pas très utiles (les conseils). De par mon expérience, je vous ai demandé de vous faire confiance, d’apprendre à être votre propre coach.

Pour moi, changer mon état d’esprit a fonctionné. J’ai désormais atteint mon poids idéal. Je me sens parfaitement bien, serein. Mes relations avec la nourriture ou le sport sont pacifiées. Mon corps me plaît. Je ne pense plus à mon poids, il est stabilisé, j’ai appris à me faire confiance, à écouter mon corps, à suivre ses directives.

Vous aussi vous pouvez y arriver. Allez-y, essayez, vous m’en direz des nouvelles !

Le corps est sculpté par le mental.

Votre poids idéal est celui qui vous fait vous sentir bien.

Ne parlez pas de régime, mais de rationalisation alimentaire.

Votre corps est votre coach personnel, le meilleur des nutritionnistes.

Il faut d’abord se sentir bien, le poids idéal viendra naturellement.

Le corps réclame, l’esprit décide.

Votre corps a son propre canon de beauté.

Visualisez une perfection de vous-même, votre corps doit savoir ce que vous voulez de lui.

Faites confiance à votre corps.

Ne vous fixez pas de limite de temps, trouvez votre rythme.

Récompensez-vous !

La perte de poids est une conséquence, la cause est le bien-être.

Mettez en application ce que vous savez.

Vous avez le dernier mot. Vous décidez. Vous avez le contrôle !

Travaillez en coopération avec votre corps, il vous dit ce dont il a besoin.

Fixez-vous des objectifs intermédiaires, réalistes.

À vous de jouer. Vous saurez que vous avez atteint votre poids idéal lorsque vous vous sentirez bien dans votre corps, en harmonie avec lui.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *