Publicité Facebook

 

Pour le lancement de mon nouveau roman : « Esprit es-tu là ? », j’ai testé pour vous les options de publicité proposées par Facebook.

Publicité classique : tout d’abord, la méthode qui consiste à « créer une publicité » de toute pièce. Il faut choisir son audience, en sélectionnant un pays, l’âge des personnes ciblées ainsi que leur centre d’intérêt. Ici j’ai bien évidemment choisi la France, les plus de 18 ans et les personnes aimant lire (selon les critères de Facebook que je ne connais pas).

Puis il faut choisir un budget. J’avais déjà lancé ce type de publicité pour d’autres ouvrages et j’en ai gardé un mauvais souvenir. Le budget n’était pas respecté et les prix flambaient très rapidement ! Là ils ont un peu ajusté leur méthode et cela revient beaucoup moins cher, avec un budget assez bien contrôlé.

Le budget consiste à définir la somme que vous voulez dépenser par jour. Chaque fois qu’une personne clique sur le lien présent dans la publicité (ici une redirection vers la page Amazon du livre), cela vous coûte quelques centimes. Pour ce test j’ai pris l’option minimum, de 5 euros par jour pour une dépense maximum de 35 euros par semaine (7×5, logique).

Un petit texte accrocheur, une belle photo… Tout est simple et rapide. Ensuite il faut que la publicité soit validée, encore selon des critères que je ne connais pas. Et la voilà en ligne. Pour quel résultat ? Pas grand-chose en réalité. Des « J’aime » qui me font plaisir, quelques partages, des commentaires parfois violents, mais au niveau des ventes du livre, pratiquement rien. Je ne peux pas suivre directement l’impact sur les ventes, mais j’avais quand même un œil sur les graphiques d’Amazon et il n’y a pas eu d’explosion extraordinaire des téléchargements.

Le désavantage : contrairement à ma page auteur, à laquelle les internautes s’inscrivent et sont donc volontaires pour recevoir de mes nouvelles, la publicité apparaît de manière aléatoire sur le fil d’actualité Facebook de personnes que je ne connais pas et qui ne me connaissent pas. Le risque est donc, comme toute publicité, d’énerver certains internautes et ainsi d’obtenir l’effet inverse. Quand on se sent agressé par une publicité, en toute logique, on ne veut surtout pas acheter le livre. Est-ce que cela a dissuadé certains lecteurs potentiels ? Difficile à confirmer.

Pour ce qui est d’un livre, donc, je dirais que la publicité Facebook n’a pas grand intérêt. Sans surprise, en interagissant directement avec les internautes via ma page Facebook cela fonctionne beaucoup mieux. Mon conseil : passez votre chemin, l’argent dépensé pour ce test (80 euros) n’en valait pas réellement la peine. Sur l’image vous voyez le nombre de personnes atteintes, si 1% a fini par acheter le livre c’est un exploit !

Le Boost : lorsqu’une publication sur une page atteint une certaine audience, Facebook propose de la booster.

Il faut alors choisir en quelques clics l’audience visée, le nombre de jours pour le Boost et évidemment la somme allouée.

En cours de route, Facebook vous informe gentiment de l’avancée du Boost.

Pour quel résultat ? Clairement, le système fonctionne pour ce qui est d’attirer plus d’internautes vers une publication. Partant d’une centaine de consultations, cette publication est passée à plus de 600 personnes atteintes. L’option choisie pour le test était un Boost d’une journée pour un coût de 2 euros.

Comme je m’y attendais, si le système permet d’atteindre plus de personnes, cela n’a pas déclenché un pic des ventes pour « Esprit es-tu là ? ». Encore une fois, donc, l’expérience n’est pas concluante.

Si vous aussi vous avez testé la publicité sur Facebook, n’hésitez pas à partager votre expérience !

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *