Les critiques

 

Non avons tendance à considérer ce terme uniquement de manière négative. D’ailleurs, la critique semble appartenir au passé, lorsque des personnalités de la trempe de Diderot ou de Huysmans commentaient des œuvres d’art de façon argumentée et pleine de références intellectuelles. Ce n’est de loin plus le cas aujourd’hui où tout le monde est libre d’étaler sa propre conception de la critique dans les journaux ou sur Internet, rendant difficile de séparer le bon grain de l’ivraie. Alors, pour notre siècle, nous parlerons plus de commentaires, un terme à la connotation beaucoup moins négative. Pourtant, dans les deux cas, les avis donnés peuvent être soit dithyrambiques, soit destructeurs.

Premières critiques : de préférence, elles devraient venir de vos bêta lecteurs, ceux à qui vous donnez la possibilité de lire vos textes avant leur publication. Que ce soit des membres de votre famille ou des amis, il est important de recueillir leur avis, durant le processus de rédaction du roman. Non pas pour tout modifier et tenter de plaire au plus grand nombre, mais simplement parce que l’auteur est souvent le plus mauvais juge de sa propre œuvre. Les autres y verront immédiatement les faiblesses à corriger. Je ne parle pas ici des correcteurs se concentrant sur les fautes d’orthographe ou de grammaire, c’est une autre étape. Choisissez bien vos bêta lecteurs, ceux qui se pâment devant votre littérature ne sont peut-être pas de la plus grande aide. Il vaut mieux solliciter des avis impartiaux, car toute œuvre peut être améliorée, même si l’auteur ne veut pas l’entendre !

jk_huysmans

Les commentaires : ils sont difficiles à avoir. Sur Amazon et les autres sites, il est désormais primordial de recevoir des commentaires, c’est ainsi que la plupart des clients, dans notre cas les lectrices et les lecteurs, font leur choix. Il convient de ne pas non plus faire n’importe quoi. Lors du dernier concours organisé par Amazon, nous avons vu certains livres recevant des dizaines de commentaires élogieux le jour même de la sortie ! Je ne dis pas que tous sont de complaisances, il est judicieux de permettre à des lecteurs de découvrir votre ouvrage avant sa sortie afin qu’ils puissent poster leur commentaire rapidement. Tout de même, essayez autant que possible d’éviter les commentaires de complaisance, de la part de vos amis ou de votre famille. Quoi que l’on en dise, on remarque toujours lorsque le livre n’a pas été lu et que le commentaire ne sert qu’à tenter d’influencer le choix des lecteurs.

La course aux étoiles : bien entendu, chacun voudrait avoir des centaines de commentaires rayonnant de cinq étoiles. Passe encore si quelqu’un ne veut en mettre que quatre. Trois, cela devient énervant. En dessous, la crise de nerfs n’est pas loin. Calmez-vous, respirez, un mauvais commentaire n’est pas forcément dramatique. La plupart de ceux qui ne mettent qu’une étoile ne se foulent pas pour la critique, qui ne tient souvent qu’en une ligne et est si virulente qu’elle n’attirera que l’indifférence ou les ricanements. Bien sûr, il ne faudrait pas trop de critiques virulentes et il vaut mieux éviter celles qui crient à l’arnaque sur l’orthographe et la grammaire. Mais chacun a le droit de poster son avis et il est toujours suspicieux qu’un ouvrage n’affiche que des commentaires cinq étoiles !

Motiver : motivez vos lecteurs pour qu’ils postent des commentaires. Il est parfaitement humain de ne prendre du temps à commenter que lorsqu’on a détesté un ouvrage. Lorsqu’on l’a apprécié, soit on félicite directement l’auteur par les réseaux sociaux, soit on se précipite pour acheter un autre livre, oubliant de poster un commentaire. Rappelez subtilement à vos lecteurs, via les réseaux sociaux et votre page Internet, qu’un bon commentaire fait toujours plaisir ! Ne suppliez pas pour les commentaires et ne menacez pas (cela s’est vu). N’oubliez pas que seuls ceux qui ont véritablement acheté le livre auront la mention « achat vérifié ». Inutile de vous créer des faux comptes pour essayer de poster vos propres commentaires, de toute manière ils ne passeront pas, Amazon a mis des barrières !

Ne répondez-pas : personnellement, je trouve que c’est une grave erreur de répondre aux commentaires négatifs. Disons que de remercier les lecteurs pour leurs bons commentaires passe encore. Mais répondre à ceux qui sont négatifs est du plus mauvais goût. Plusieurs exemples montrent que des auteurs utilisent un pseudonyme pour attaquer de manière agressive les lecteurs ayant posté de très mauvais commentaires. Cela ne peut que vous desservir. Regardez les grands noms de la littérature, prennent-ils la peine de répondre aux commentaires négatifs ? La meilleure méthode est de laisser-faire puisqu’une fois encore chacun est libre de donner son avis. Inutile de chercher la surenchère en se montrant agressif.

Je précise que mes conseils se basent toujours sur des faits existants. Pourtant, je ne cite pas les exemples que je sous-entends parce que je ne suis pas là pour accuser qui que ce soit.

Les chroniques : la critique ne se limite pas aux commentaires. De nombreux blogueurs, et surtout blogueuses, tiennent aujourd’hui des sites très bien conçus pour parler des ouvrages qu’ils ou elles ont lu. Vous pouvez les solliciter, en gardant à l’esprit qu’ils ne sont pas à votre service et peuvent refuser de commenter votre livre, il ne faut pas se montrer insistant. Le meilleur moyen d’entrer en contact avec ces blogueuses littéraires est de passer par des groupes Facebook, qui permettent de présenter son livre et celles et ceux étant intéressés vous contacteront. Bien entendu, comme pour toute critique, la chronique ne fera pas forcément votre éloge. Solliciter l’avis des lectrices et lecteurs est toujours un risque, mais si on ne veut pas le prendre, alors il ne faut pas publier ses écrits ! J’ai eu la chance que plusieurs chroniqueuses apprécient mon dernier roman et rédigent des articles très émouvants. Sur la page d’accueil de ce site vous trouverez tous les liens utiles. Et pour vous aider, vous pouvez vous rendre sur la page du groupe Facebook : « Auteurs cherchent avis, chronique ou bêta-lecteur ».

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *