Le palais des Tuileries

  1. Le nom du lieu est l’héritage du treizième siècle, époque à laquelle, à l’emplacement actuel du jardin des Tuileries, se dressaient des fabriques… de tuiles. Au quatorzième siècle, Pierre des Essarts, prévôt de Paris, fit construire l’hôtel des Tuileries entouré par des terres agricoles. À cette époque, le lieu n’est pas encore intégré à la capitale française, les terres se trouvant en dehors de l’enceinte édifiée sous Charles V. Au début du seizième siècle l’hôtel est racheté par Nicolas de Neufville, secrétaire des finances, qui y fait bâtir un nouvel édifice finalement racheté par le roi François Ier pour y loger sa mère.

2. Après la mort d’Henri II, en 1559, Catherine de Médicis acquiert l’hôtel des Tuileries ainsi que plusieurs terrains alentour. L’ensemble des édifices lui appartenant désormais est rasé pour édifier un palais. Le complexe aurait dû être gigantesque mais seule la partie occidentale sera finalement construite. C’est à cette époque qu’un jardin est aménagé, l’actuel jardin des Tuileries, s’étendant jusqu’à la place de la Concorde. L’édifice était composé d’un pavillon central surmonté d’un dôme et doté d’un escalier suspendu sur voûte (voir un exemple sur l’image), des prouesses architecturales considérées à l’époque comme des chefs-d’œuvre. Suite à une prédiction de son astrologue, Catherine de Médicis quittera précipitamment le palais des Tuileries pour s’installer dans un hôtel particulier près de l’église Saint-Eustache (l’actuelle Bourse du Commerce, seconde image).

3. Il faut attendre le règne d’Henri IV, et donc le dix-septième siècle, pour que l’on s’intéresse à nouveau au palais des Tuileries. Le projet est alors de relier ce palais au Louvre par une galerie longeant la Seine. Ce ne sera que sous le règne de Louis XIV que le chantier sera achevé. L’architecte Le Vau sera en charge d’harmoniser l’ensemble architectural mêlant alors plusieurs styles, étant données les décennies qui se sont écoulées depuis son commencement jusqu’à son achèvement. Le palais restera inchangé pendant deux siècles.

4. Louis XIV et Louis XV résideront aux Tuileries, comme de nombreux artistes qui y obtinrent des logements. En 1763, l’Opéra ravagé par un incendie est installé aux Tuileries dans ce que l’on appelait la salle des Machines. En 1770, lorsque l’Opéra déménage à nouveau, c’est la Comédie-Française qui s’installe aux Tuileries.

5. Au moment de la Révolution, Louis XVI, Marie-Antoinette et leurs enfants s’installent au palais après avoir été ramenés de Versailles par la force. À partir de cette date et pour presque un siècle le palais des Tuileries sera la résidence principale des rois et des empereurs. Louis XVIII est le seul roi de France à mourir aux Tuileries.

6. En 1806, Napoléon Bonaparte ordonne l’édification de l’arc de triomphe du Carrousel, seul vestige encore sur place du palais des Tuileries. L’arc imite celui bâti par Septime Sévère à Rome. Sous le Second Empire, les Tuileries deviennent le centre de gravité des fêtes impériales. Il sera aussi le théâtre du mariage civil de Napoléon III et Eugénie de Montijo en 1853.

7. Dans la nuit du 22 au 23 mai 1871, un groupe de communards fait passer dans la cour des Tuileries cinq fourgons chargés de barils de poudre, de bonbonnes de pétrole, de goudron liquide et d’essence de térébenthine. Ils parcourent les appartements, aspergeant les murs et les planchers de pétrole. L’explosion et l’incendie qui s’en suit sonnent le glas de l’édifice, son horloge principale s’arrêtant peu avant vingt et une heures. L’incendie durera trois jours. Certains ont voulu sauver le palais et financer sa restauration. Mais faute de volonté politique, il sera finalement détruit quelques années plus tard. Il en reste encore des vestiges en divers lieux de Paris, dans les régions, mais aussi à l’étranger. À Quito (Équateur) quelques balustrades des Tuileries ont été incorporées au palais présidentiel.