Vinci, Léonard de

L’homme de Vitruve

Vers 1492, plume et lavis.

Gallerie dell’Accademia, Venise.

1024px-Da_Vinci_Vitruve_Luc_Viatour

1. Vitruve, l’auteur du De Architectura est considéré comme celui qui a engendré la pensée architecturale. Dans son ouvrage, il décrit avec précision les méthodes utilisées par les anciens pour construire leurs plus beaux édifices, notamment les temples. Selon lui, l’architecte doit connaître la médecine, puisque toute construction, tout plan d’une ville, doit contribuer à la salubrité publique. Pour assurer la santé il faut prendre en considération la circulation de l’air, la composition du sol et l’arrivée de l’eau. L’architecte doit aussi connaître les proportions du corps humain qui dictent la symétrie et la proportionnalité. Et enfin, Vitruve parle principalement des trois ordres, leurs proportions et leur création.

2. L’ordre dorique : un ordre masculin. Il est le plus dépouillé, se caractérisant par un chapiteau à échine plate, sans décors et par l’absence de base. Vitruve attribue son invention à Dorus, ou Doros et pour les proportions il prétend que l’on a mesuré « le pied d’un homme, et, trouvant qu’il était la sixième partie de la hauteur du corps, ils appliquèrent à leurs colonnes cette proportion : quel que fût le diamètre de la colonne à son pied, ils donnèrent à la tige, y compris le chapiteau, une hauteur égale à six fois ce diamètre. Les premières colonnes doriques sont faites de bois, surmonté d’une pierre. Au fil du temps, ces colonnes vont s’affiner et donc s’élever. Il est l’ordre de référence, dont les autres découlent et l’ordre dorique lui-même a connu de nombreuses mutations selon les cultures et les époques.

ParthénonLe Parthénon

3. L’ordre ionique : un ordre féminin. Il se caractérise par son chapiteau à volutes, un fût orné de vingt-quatre cannelures et une base moulurée. Dans un premier temps, il aurait été employé pour les édifices funéraires, principalement en Asie Mineure. Il serait apparu en Ionie, une région aujourd’hui située en Turquie. Les vestiges qu’il nous reste font remonter son utilisation aux environs du sixième siècle. Le plus bel exemple est l’Erechthéion, un temple de l’Acropole d’Athènes. Dernier édifice construit, il remplace également la construction la plus ancienne du site, le lieu où se serait déroulée la dispute entre Athéna et Poséidon. On pouvait y admirer une statue d’Athéna, que l’on croyait tombée du ciel…

Chapiteau ionique de l'Érechthéion d'Athènes.Erechthéion

4. L’ordre corinthien, lui, aurait les proportions du corps d’une jeune fille. Corinthe était la ville des prostituées sacrées du temple d’Aphrodite. Cet ordre est caractérisé par un chapiteau décoré de deux rangées de feuilles d’acanthe. Il est d’abord utilisé dans les parties intérieures des temples avant d’embellir les éléments extérieurs, comme pour le temple de Zeus à Athènes. Il reste peu de vestiges de l’époque grecque. Par contre, les Romains l’utiliseront beaucoup, notamment pour le Panthéon. Et durant la Renaissance, croyant imiter les Grecs, les architectes préfèreront le style corinthien… Les colonnes ne sont alors plus seulement en pierre brute, on emploie également le marbre, le porphyre ou le granit. À Paris, nous avons de beaux usages de l’ordre corinthien, sur une colonnade du Louvre ou tout autour de l’église de la Madeleine.

Temple de Zeus, à AthènesTemple de Zeus, Athènes

5. L’homme de Vitruve est un schéma idéal des proportions du corps. L’homme est considéré comme le chef-d’œuvre de la nature, il en découle que les architectes et les artistes n’ont jamais cessé de s’inspirer de ses proportions pour tenter de créer l’œuvre idéale. Le dessin de Léonard est une combinaison de la géométrie, de l’anatomie et de l’esthétique. Léonard représente un corps en mouvement, s’inscrivant dans un carré lorsqu’il est au repos, dans un cercle lorsqu’il écarte les bras et les jambes. Il faudrait se demander pourquoi ce dessin reste aussi célèbre de nos jours. Croyons-nous encore que l’homme est la mesure de toute chose ?

 

6. Le texte qui entoure le dessin de Léonard est un extrait du livre de Vitruve : « Vitruve dit, dans son ouvrage sur l’architecture : la Nature a distribué les mesures du corps humain comme ceci:

Quatre doigts font une paume, et quatre paumes font un pied, six paumes font un coude : quatre coudes font la hauteur d’un homme. Et quatre coudes font un double pas, et vingt-quatre paumes font un homme ; et il a utilisé ces mesures dans ses constructions.

Si vous ouvrez les jambes de façon à abaisser votre hauteur d’un quatorzième, et si vous étendez vos bras de façon que le bout de vos doigts soit au niveau du sommet de votre tête, vous devez savoir que le centre de vos membres étendus sera au nombril, et que l’espace entre vos jambes sera un triangle équilatéral.

La longueur des bras étendus d’un homme est égale à sa hauteur.

Depuis la racine des cheveux jusqu’au bas du menton, il y a un dixième de la hauteur d’un homme. Depuis le bas du menton jusqu’au sommet de la tête, un huitième. Depuis le haut de la poitrine jusqu’au sommet de la tête, un sixième ; depuis le haut de la poitrine jusqu’à la racine de cheveux, un septième.

Depuis les tétons jusqu’au sommet de la tête, un quart de la hauteur de l’homme. La plus grande largeur des épaules est contenue dans le quart d’un homme. Depuis le coude jusqu’au bout de la main, un quart. Depuis le coude jusqu’à l’aisselle, un huitième.

La main complète est un dixième de l’homme. La naissance du membre viril est au milieu. Le pied est un septième de l’homme. Depuis la plante du pied jusqu’en dessous du genou, un quart de l’homme. Depuis sous le genou jusqu’au début des parties génitales, un quart de l’homme.

La distance du bas du menton au nez, et des racines des cheveux aux sourcils est la même, ainsi que l’oreille : un tiers du visage. »

.

7. Pour les architectes de l’Antiquité et de la Renaissance, l’homme est donc la mesure de toute chose. C’est pourquoi nous avons des mesures telles que le pied, la coudée… Les éléments architecturaux se divisent, partant de là, en modules, une idée très largement développée dans le texte de Vitruve. Bien entendu, les différents éléments architecturaux tels que les colonnes ne seront utilisés que pour les édifices de prestige : les palais et surtout les temples…