Mantegna, Andrea

L’adoration des Mages

Vers 1495-1505, Getty Museum, Los Angeles

Mantegna

1. Andrea Mantegna (1431-1506), fils de charpentier, est né à Venise. Il commence sa formation à Padoue dès l’âge de 10 ans. Rapidement, il sera remarqué par des peintres influents comme Paolo Uccello, Fra Filippo Lippi ou Donatello. Sa première œuvre est aujourd’hui perdue, comme d’autres de ses ouvrages. En effet, il a beaucoup travaillé à la réalisation de fresques pour des églises italiennes, ces dernières ayant été recouvertes par d’autres œuvres. Son talent et son ambition sont de créer des illusions convaincantes grâce à l’utilisation parfaitement maîtrisée de la perspective. Il était aussi reconnu comme graveur, même si aujourd’hui nous avons du mal à apprécier cette facette de l’artiste, qui ne signait pas ses planches. Dans ses œuvres, il introduit un goût prononcé pour l’Antiquité, qui fera quelques émules en son temps, mais qui n’influencera pas réellement d’autres artistes avant plusieurs siècles.

2. Extraits des Vies d’artistes de Giorgio Vasari, concernant Mantegna :

« Il ne cessa jamais de croire que les belles statues antiques étaient plus parfaites et avaient de plus belles parties que ne montre la nature. Ces excellents maîtres, d’après ce qu’il pensait et croyait voir dans ces statues, ont tiré de plusieurs modèles vivants toute la perfection de la nature qui rarement accompagne et rend manifeste la beauté dans un seul corps ; il est donc nécessaire de prendre une partie à l’un, une partie à l’autre. »

« Il montra, avec une merveilleuse manière, comment on pouvait faire, en peinture, les raccourcis des figures, pris de bas en haut, ce qui fut, certes, une invention rare et originale. »

3. L’évocation des Mages ne se trouve que dans l’Évangile selon Mathieu. Il n’y est fait mention ni des noms des mages, ni de leur nombre, ni de leur statut de rois. Il est uniquement précisé qu’ils sont venus d’Orient. Se présentant à Jérusalem ils font savoir qu’ils cherchent le roi des Juifs qui vient de naître, causant le trouble du roi Hérode. Ce dernier les convoque et leur ordonne de découvrir qui est cet enfant. Guidés par l’étoile, ils réussissent leur mission et offrent au nouveau né de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Dans un songe, Dieu leur ordonne de ne pas retourner auprès d’Hérode mais de rejoindre leur pays par un autre chemin.

4. L’origine royale des mages est évoquée au début du troisième siècle. Pendant longtemps encore, leur nombre restera fluctuant, variant de huit à douze. Les noms apparaissent pour la première fois dans un manuscrit du sixième siècle : Gaspard, Melchior et Balthazar. Il faudra attendre le dixième siècle pour qu’ils soient décrits individuellement. Les premières représentations de la nativité remontent au troisième siècle et le thème sera évidemment très prisé des artistes. En ce qui concerne la crèche, elle est de tradition plus récente. Pendant la période Révolutionnaire elles sont présentes sous forme de boîtes vitrées dans les maisons de familles aisées. Il faut attendre le dix-neuvième siècle pour que la crèche se démocratise avec la fabrication en série de figurines en plâtre peint. Le bœuf et l’âne, qui ne sont pas représentés par Mantegna, symbolisent l’Ancien et le Nouveau Testament.

5. L’auréole est utilisée pour indiquer la sainteté d’un personnage. A l’origine, elle évoquait le disque solaire, pour la représentation de Rê en Égypte ou d’Hélios en Grèce. Dans l’art byzantin, elle peut prendre une forme carrée pour signifier que le personnage est toujours vivant ! En Occident, elle est d’abord représentée par un disque parfait avant d’être mise en perspective à l’époque de la Renaissance, pour lui donner plus de réalisme.

6. D’autres œuvres de Mantegna :

Saint SébastienMartyre de saint Sébastien.

Lamentation sur le Christ mortLamentation sur le Christ mort.

Jardin des OliviersLe Christ priant au jardin des Oliviers.

7. Mantegna a inclus son autoportrait dans la Chambre des époux, une fresque du Palais Ducal à Mantoue (le personnage de profil).

Mantegna, autoportrait